CEIAN 2010

La Vague verte

 

Initiative mondiale pour planter des arbres

Année Internationale de la Biodiversité 2010

HTML Document VIII - Les moyens de conservation de la diversité biologique

Cette page contient les moyens de conservation de la diversité biologique.

Release date 16/03/2010
Contributor saidou doumbouya
Geographical coverage Guinée
Keywords Moyens de conservation, cadre juridique, cadre legislatif

Les moyens de conservation de la diversité biologique comprennent le cadre législatif national, les cadres juridiques régionaux et internationaux auxquels la Guinée est partie contractante, le cadre institutionnel et les moyens financiers.

1 - LE CADRE LEGISLATIF NATIONAL

Le droit Guinéen portant sur les ressources naturelles et l'environnement s'est notablement enrichit par l'adoption de toute une série de textes législatifs et réglementaires de portée globale et sectorielle.
Il y a aussi des textes qui, accessoirement contiennent des dispositions intéressant la diversité biologique, et de manière particulière la forêt tels le code pénal et le code minier.

1.1 - Points forts du cadre législatif

Le cadre juridique Guinéen relatif à la gestion des ressources naturelles et de l'environnement se compose de textes qui édictent des règles de portée générale et des règles de portée spécifique.
Tous ces textes tendent à favoriser la responsabilisation des populations vis à vis de la gestion de leurs propres terroirs; ils affirment que le développement, la préservation des ressources relèvent de l'intérêt national et que l'Etat et tous les citoyens ont l'obligation de bien gérer leur patrimoine naturel pour les générations présentes et futures.
Les principaux texte en question sont : le code de l'environnement, le code de l'eau, le code forestier, le code de
protection de la faune sauvage et réglementation de la chasse, le code pénal national , le code pénal guinéen.

1.2 - Points faibles du cadre législatif

Des vides juridiques s'observent au niveau des législations sectorielles de base et au niveau des textes d'application des lois existantes. La législation est aussi confrontée à des problèmes d'application par le manque de concertation et d'harmonisation lors de la préparation de la plupart des textes existants. Ces lacunes se rencontrent surtout au niveau des textes, notamment entre le Code de l'Environnement et Code forestier; le Code forestier et l'Ordonnance portant régime fiscal et financement des CRD, le Code foncier et domanial.

2 - LE CADRE RÉGLEMENTAIRE

De nombreux textes réglementaires mettent en œuvre le cadre législatif.

3 - LE CADRE JURIDIQUE RÉGIONAL ET INTERNATIONAL

Eu égard à l'importance de ces conventions et accords dans la coopération, la République de Guinée est membre de plusieurs d'entre eux, dont les principaux sont la Convention et le Protocole sur l'Autorité du Bassin du Niger, la Convention Africaine sur la Conservation de la Nature et des Ressources Naturelles, la Convention sur les Criquets Migrateurs, la Convention sur la Diversité Biologique, la Convention sur le Commerce International des Espèces de Faune et de Flore Sauvages Menacées d'Extinction (CITES), la Convention concernant la Protection du Patrimoine Mondial, Culturel et Naturel, la Convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer, la Convention relative aux Zones Humides d'importance Internationale Particulièrement comme Habitat de la Sauvagine, la Convention des Nations Unies sur la Lutte contre la Désertification dans les Pays gravement Touchés par la Sécheresse / ou la désertification en particulier en Afrique, la Convention sur le changement climatique.

4 - LES MOYENS INSTITUTIONNELS

Au plan institutionnel, toutes les structures centrales chargées de gérer l'environnement et les ressources naturelles sont représentées au niveau préfectoral et parfois au niveau sous-préfectoral. Parmi ces structures on note une vingtaine de Directions Nationales, d'institutions de recherche et autres services impliquées dans la protection de l'environnement et la conservation des ressources naturelles renouvelables.
La Guinée est confrontée à quelques contraintes d'ordre institutionnelles dont les principales sont:
- le manque de cohérence et de coordination entre les programmes sectoriels de développement;
- le manque de sensibilisation et de formation des cadres aux approches multidisciplinaire et participatives;
- la disproportion hiérarchique du personnel;
- la faiblesses des capacités de l'administration de planification et de suivi de l'utilisation rationnelle des ressources naturelles;
- l'insuffisance de matériels et de moyens financiers pour la mise en œuvre des programmes .

5 - LES MOYENS HUMAINS

La Guinée dispose d'un potentiel humain important. Toute fois, il existe une inadéquation entre les profils de formation et les besoins de conservation de la diversité biologique. La formation spécialisée appliquée aux domaines de la diversité biologique est nouvelle et insuffisante.
Les populations locales ne sont pas suffisamment formées, informées, sensibilisées, motivées, et impliquées dans les programmes liés à la conservation et à l'utilisation durable des ressources de la diversité biologique de leurs terroirs.

6 - LES MOYENS FINANCIERS

Les moyens financiers proviennent du Budget National de Développement (BND )constitué des recettes internes et du financement extérieur constitué des dons et des prêts.
Certains plans, programmes et projets nationaux financés, ont un impact positif sur la conservation ou l'utilisation durable de la diversité biologique.
Les principaux plans qui s'inscrivent dans cet ordre sont : le PNAE , le Plan d'Action pour la Promotion des Femmes , le plan d'action Forestier National, le Programme National de Développement Humain Durable, le Programme Cadre pour la Promotion de la Décentralisation et le Renforcement des Capacités de la Société Civile, le Programme Cadre d'Appui aux Initiatives de Base, le Programme d'étude du secteur énergétique.

Les principaux projets qui s'inscrivent dans cet ordre sont : les Centres de Recherche et de Documentation sur l'Environnement de Labé et de N'zérékoré, les parcs nationaux du Badiar et du Haut Niger, les projets d'Aires protégées transfrontalières entre la Guinée et le Mali et entre la Guinée et la Guinée Bissau, le Projet de Gestion des Ressources Rurales, le projet des Bassins Représentatifs Pilotes touchent 25 bassins appartenant aux bassins des fleuves Niger, Gambie, Sénégal, Konkouré, Koliba, Corubal, Kolenté, et Kaba.

7 - LA RECHERCHE ET LA FORMATION A LA RECHERCHE

La Guinée dispose d'un bon nombre d'Institutions de recherche appliquée et de recherche fondamentale impliquées aux domaines de la diversités biologiques. Ces Institutions sont pour la plupart sous équipées et leur personnel scientifique ne bénéficie pas de perfectionnement soutenu.