CEIAN 2010

La Vague verte

 

Initiative mondiale pour planter des arbres

Année Internationale de la Biodiversité 2010

HTML Document Introduction

Release date 15/03/2010
Contributor saidou doumbouya
Geographical coverage Guinée
Keywords Ressources naturelles, biodiversité, développement durable

Les ressources biologiques de la diversité biologique sont primordiales pour le développement économique et social de l'humanité toute entière. Elles fournissent des biens et des services essentiels pour la vie et les aspirations humaines, tout en permettant aux sociétés de s'adapter aux besoins et circonstances variables.

En conséquence, la survie de la diversité biologique équivaut à la survie de l'humanité.
En effet les bénéfices durables qui peuvent être obtenus de la nature sont fonction du maintien de l'équilibre entre les besoins économiques et la préservation de la stabilité écologique des écosystèmes. C'est en vivant en harmonie avec la nature que l'homme a les possibilités d'exploiter les ressources biologiques de façon durable.
La diversité des espèces joue un rôle essentiel dans le fonctionnement des écosystèmes. Or, à ce jour les menaces qui pèsent sur les espèces et les écosystèmes n'ont jamais été aussi graves. En effet, la disparition d'espèces en raison des activités humaines se poursuit à un rythme inquiétant et la perte de la diversité biologique est irréversible.

Selon la Fondation Internationale du Développement Rural, la diversité biologique se détruit au rythme de 100 espèces par jour. Il est important de noter qu'une espèce animale ou végétale qui disparaît est perdue pour toujours ainsi que son potentiel économique et ses fonctions écologiques.
Aujourd'hui, on ne peut que faire des estimations sur le nombre d'espèces animales et végétales dont le précieux potentiel génétique a déjà définitivement disparu, avant même d'avoir pu être identifié, étudié et stocké.

De l'analyse des pressions et menaces qui pèsent sur les écosystèmes et leur diversité biologique, il ressort que les principales causes de la perte de la diversité biologique sont d'ordre démographique, économique, institutionnel, réglementaire et technologique et se résument à :

  • l'augmentation de la demande de ressources biologiques due à la croissance démographique et au développement économique;
  • au manque de considération des conséquences à long terme des activités économiques sur l'environnement.
  • au manque d'appréciation des conséquences d'utilisation de technologies non appropriées;
  • au manque de reconnaissance par l'économie de marché de la valeur réelle de la diversité biologique;
  • au manque d'application adéquate des politiques gouvernementales sectorielles d'exploitation des ressources biologiques;
  • l'accroissement de la migration humaine.
  • l'instabilité politique et les guerres civiles dans les pays voisins

Il est important de se rappeler que la diversité biologique a des valeurs inestimables pour l'humanité toute entière. La dégradation de ces valeurs a fait de la diversité biologique une préoccupation mondiale.

Partout dans le monde, les gouvernements ont commencé à reconnaître à quel point la biodiversité est précieuse et menacée. Ils ont décidé sous les auspices du système des Nations Unies, qu'il fallait de toute urgence améliorer l'utilisation des ressources biologiques pour le bénéfice des générations actuelles et futures et pour la sauver.
A cet effet la Convention internationale sur la diversité biologique a été élaboré pour traiter de l'intégrité de la question. Au sommet de la Terre, à Rio de Janeiro en 1992, 156 Etats ont signé la convention sur la diversité biologique. Par cet acte, les Etats se sont engagés à conserver la diversité biologique dans leur pays respectifs, à utiliser les ressources biologiques de façon durable et à partager équitablement les avantages tirés de leur exploitation.
Ladite Convention, entrée en vigueur le 29 décembre 1993Convention stipule :
en son article 6 " que chacune des parties contractantes, en fonction des conditions et moyens qui lui sont propres :
élabore des stratégies, plans ou programmes nationaux tendant à assurer la conservation et l'utilisation durable de la diversité biologique qui tiendra compte, entre autre, des mesures énoncées dans la présente Convention qui la concerne ;
Intègre, dans toute la mesure possible et comme il convient la conservation et l'utilisation durable de la diversité biologique dans ses plans, programmes et politiques sectorielles ou intersectorielles pertinents. " et en son article 7 " Chaque Partie contractante, dans la mesure du possible et selon qu'il conviendra, notamment aux fins des articles 8 à 10:
a) Identifie les éléments constitutifs de la diversité biologique importants pour sa conservation et son utilisation durable, en tenant compte de la liste indicative de catégories figurant à l'annexe I ;
b) Surveille par prélèvement d'échantillons et d'autres techniques, les éléments constitutifs de la diversité biologique identifiés en application de l'alinéa (a) ci dessus, et prête une attention particulière à ceux qui doivent d'urgence faire l'objet de mesures de conservation ainsi qu'à ceux qui offrent le plus de possibilités en matière d'utilisation durable ;
c) Identifie les processus et catégories d'activités qui ont ou risque d'avoir une influence favorable sensible sur la conservation et l'utilisation durable de la diversité biologique et surveille leurs effets par prélèvement d'échantillons et d'autres techniques ".

Le Président de la République de Guinée, son Excellence le Général Lansana CONTE, a signé la dite convention à Rio de Janeiro en juin 1992 et le Gouvernement l'a ratifié le 07 mai 1993 devenant ainsi le deuxième pays africain à ratifier cette convention après les Seychelles et le seizième pays signataire de toutes les parties contractantes.
Cette ratification entre dans un contexte de politique économique déjà définie par le discours programme du 22 Décembre 1985, de Monsieur le Président de la République.
La préoccupation fondamentale définie est l'instauration d'une économie libérale basée sur l'initiative privée et les lois du marché.

A cet effet, le Gouvernement a adopté un programme de développement fondé sur l'exigence de satisfaire les besoins fondamentaux de la population, d'instaurer la sécurité alimentaire, de restaurer l'économie nationale
en se fondant sur les capacités endogènes renforcées par la coopération internationale.
Pour ce faire , l'Etat s'est désengagé du secteur économique au profit du privé; il a décentralisé les pouvoirs de décision au niveau des Régions, Préfectures et Communautés Rurales et s'est engagé sur la voie des reformes économiques, structurelles , à économie libérale, pour créer les conditions propices à l'émergence des initiatives privées.
Il s'est aussi lancé dans une offensive internationale qui consiste à participer pleinement dans les mouvements d'ensemble internationaux qui conforte cette politique économique choisie.
C'est dans ce cadre que la Guinée a participé activement à tous les processus d'élaboration, de négociation de la Convention sur la diversité biologique. Après avoir ratifié cette Convention, le Gouvernement guinéen s'est engagé pleinement dans sa mise en œuvre.

Le présent document consigne la Stratégie que la Guinée s'est choisie pour la conservation de la diversité biologique et l'utilisation durable de ses ressources dans la perspective de la mise en œuvre de la Convention sur la diversité biologique.
La réalisation de ce document a été rendu possible grâce à un financement PNUD/FEM accordé à la Guinée.