CEIAN 2010

La Vague verte

 

Initiative mondiale pour planter des arbres

Année Internationale de la Biodiversité 2010

HTML Document VI - VII - Les formes de dégradation

Cette page contient les formes de dégradation que subissent les écosystèmes et les mesures de conservation et d'utilisation durable de la biodiversité.

Release date 16/03/2010
Contributor saidou doumbouya
Geographical coverage Guinée
Keywords Ecosystèmes, dégradation

La dégradation revêt différentes formes dont les principales sont:
1 - La dégradation biotique : qui est une réduction de la densité et de la diversité végétale et animale.
2- La dégradation des conditions du sol : elle se manifeste par la perte de l'horizon superficiel (érosion ) la perte des éléments nutritifs ( baisse de fertilité, réduction de la productivité ), la perte de la matière organique, la salinisation, l'acidification, la diminution de l'infiltration etc...
3 - La dégradation des terres boisées : les causes de cette dégradation sont nombreuses et sont fonction des multiples services que rendent les communautés de végétaux.

VII - LES MESURES DE CONSERVATION ET D'UTILISATION DURABLE DE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE

Il existe en Guinée un certain nombre de mesures applicables à la diversité biologique sans la nommer, du fait qu'elles concourent à sa conservation et à son utilisation durable. Ces mesures sont juridiques, réglementaires et institutionnelles. Les principales sont :

1- LA CONSERVATION IN SITU

1.1 - Les forêts classées

En raison de leur importance en matière de diversité biologique, le classement des forêts a débuté depuis 1936 et se poursuit jusqu'à nos jours.
Le domaine classé représente environ 4,8 % du territoire national pour un total de 162 forêts classées couvrant 1.182.133 ha.

1.2 - Les réserves de la biosphère

Elles sont constituées de la réserve des Monts Nimba (145 200 ha) et du Massif du Ziama (112 300 ha) pour une superficie totale de 257 500 ha.
Depuis Juin 1991, le Plan de gestion approuvé par le Comité guinéen du MAB et l'UNESCO confère à la réserve une superficie totale de 145 200 ha dont une aire de transition de 88 280 ha et une zone tampon de 38 120 ha.

1.3 - Le Patrimoine Mondial

Il est constitué des aires centrales de la réserve de la Biosphère(aire centrale de la chaîne des monts Nimba, aire centrale de Bossou, aire centrale de Déré) dont la surface totale est de 18 800 ha. Il renferme des espèces rares et endémiques et a une certaine influence sur le climat de la sous région Ouest Africaine.

1.4 - Les parcs

La Guinée dispose de deux parcs nationaux qui sont :
- le Parc national du Badiar (38 200 ha) qui constitue avec le parc du Niokolokoba (Sénégal) le complexe transfrontalier Niokolo-Badiar ;
- le Parc de Mafou (52.400 ha.) qui est à cheval entre trois Préfectures (Faranah, Kouroussa et Dabola).

1.5 - Les forêts protégées

Bien que n'ayant pas fait l'objet d'un acte officiel de classement, elles se rencontrent un peu partout dans les 4 régions naturelles. Elles concernent des bosquets et surfaces forestières présentant un certain intérêt communautaire ou national qui sont déclarés protégés et respectés par chacun des membres des collectivités sociales.

1.6 - Les forêts sacrées

Ce sont des lieux de culte qui se retrouvent en Guinée Forestière, en Haute Guinée et en Basse Guinée. Elles constituent un mode traditionnel de conservation des écosystèmes.

1.7 - Les plantations forestières

Ces plantations, généralement monospécifiques ce sont révélées très conservatrices de la diversité biologique en Guinée. Là où elles ont réussi, le couvert végétal a été restauré et l'ambiance forestière maintenue.
La tendance actuelle est de créer des plantations communautaires, familiales ou privées. Beaucoup de collectivités s'y adonnent ces dernières années.

2 - LA CONSERVATION EX SITU

La Guinée ne dispose que de 2 jardins botaniques qui se trouvent dans un état de délabrement total. Ce sont : le jardin botanique de la Camayenne à Conakry et le jardin A. Chevalier de Dalaba.
Certains Centres de recherche comme le CERESCOR, le Centre Nationale des Sciences Halieutiques de Boussoura, le Centre Agronomique de Foulayah, l'Institut de Biologie Appliquée de Kindia et l'Université de Conakry disposent de quelques modestes collections dont les conditions de conservation souffrent d'une grande précarité .

3 - POLITIQUES D'UTILISATION DURABLE DE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE

Les plus importantes sont le Plan National d'Action pour l'Environnement (PNAE ), le Plan d'Action Forestier National, le Schéma Directeur d'Aménagement de la Mangrove, le Programme d'Etude du Secteur Energétique, le Programme National de Développement Humain durable, le Plan d'Action pour la Promotion des Femmes, le Programme Cadre Promotion de la Décentralisation et Renforcement des Capacités de la Société Civile, le Programme Cadre d'Appui aux Initiatives de Base.