CEIAN 2010

La Vague verte

 

Initiative mondiale pour planter des arbres

Année Internationale de la Biodiversité 2010

HTML Document Chapitre IV : stratégie de collecte, de traitement et de gestion des données et informations sur le savoir traditionnel

Les objectifs sur la collecte, le traitement et la gestion des données du savoir traditionnel

Release date 27/03/2010
Contributor saidou doumbouya
Geographical coverage Guinea
Keywords Savoir traditionnel, connaissance, communautés locales

4.1 - OBJECTIFS

  • Inventorier et valoriser les connaissances et pratiques traditionnelles, les interdits culturels et les valeurs spirituelles favorables à la conservation et à l’utilisation durable de la biodiversité.

  • Créer les conditions favorables à la valorisation et au maintien des traditions sociales et culturelles de conservation et d’utilisation durable des ressources biologiques.

  • Protéger les détenteurs des connaissances et pratiques traditionnelles contribuant à la conservation et à l’utilisation durable de la diversité biologique et reconnaître juridiquement la valeur de leur savoir et savoir faire.

  • Créer pour les communautés locales des opportunités de partager des connaissances sur la biodiversité et la gestion des ressources biologiques avec d’autres acteurs sociaux.

  • Définir des mécanismes de collecte et d’utilisation des connaissances innovations et pratiques traditionnelles avec la participation de leurs détenteurs et encourager le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation.

  • Réaliser un inventaire quantitatif et qualitatif des connaissances et des pratiques traditionnelles ainsi que des interdits culturels et des valeurs spirituelles.

  • Elaborer des textes législatifs et réglementaires prenant en compte les questions de connaissances traditionnelles et les valeurs spirituelles favorables à la conservation et à l’utilisation durable de la diversité biologique et protégeant les intérêts des détenteurs de ces connaissances et pratiques.

  • Prendre en compte les connaissances traditionnelles et les valeurs spirituelles dans l’élaboration des projets et programmes de conservation et d’utilisation durable de la diversité biologique.

  • Organiser des activités de mise en valeur (journées portes ouvertes, exposition, foires, ateliers, etc.) sur les connaissances traditionnelles et les valeurs spirituelles relatives à la diversité biologique.

  • Intégrer aux programmes de formation et de recherche les questions de savoir traditionnel et valeurs spirituelles de conservation et d’utilisation durable des ressources de la diversité biologiques.

  • Faciliter le brevetage des connaissances traditionnelles , pratiques et innovations qui ont fait leur preuve et institutionnaliser des prix d’excellence pour les lauréats ;

  • encourager et dynamiser la constitution des groupements d’intérêt économiques au sein des communautés locales détentrices de connaissances traditionnelles ;

  • doter les groupements d’intérêts économiques de moyens matériels et financiers pour leur permettre d’exercer pleinement leurs activités ;

  • veiller à un partage juste et équitable des bénéfices tirés de la valorisation des connaissances et produits traditionnels ;

­4.2 - MECANISME DE COLLECTE DES CONNAISSANCES TRADITIONNELLES

Le mécanisme proposé comprend, de la base au sommet, trois niveaux d’intervention : communautaire, régional et national.

  • Le niveau communautaire : concerne les détenteurs du savoir traditionnel (agriculteurs, éleveurs, chasseurs, pêcheurs, artisans, tradipraticiens etc.).

  • Le niveau régional : au niveau de chacune des quatre régions naturelles, il sera créé un Bureau Régional de collecte et de capitalisation des données sur les connaissances, innovations et pratiques traditionnelles. Le personnel des bureaux régionaux travaillera directement avec les représentants des associations socioprofessionnelles détentrices de savoir et savoir faire traditionnels constituées au niveau des communautés (village/secteurs, districts/quartiers, CRD / Communes).

  • Le niveau national : la coordination des activités sera assurée par un Bureau National chargé du traitement, de la mise en banque et de la diffusion des données et informations collectées.

La structure ainsi proposée aurait l’avantage de :

  • remonter rapidement les informations de la base au sommet sans modification en raison du faible nombre d’intermédiaires.

  • réduire le nombre d’interlocuteurs en face des détenteurs traditionnels

  • renforcer la mise à confiance entre les différents acteurs en présence.

  • minorer les coûts humains, matériels et financiers

 

MECANISME DE COLLECTE DES CONNAISSANCES TRADITIONNELLES

Bureau National de Collecte et de Capitalisation

Bureau Régional

Basse Guinée

Bureau Régional

Moyenne Guinée

Bureau Régional

Haute Guinée

Bureau Régional

Guinée Forestière

Collectivités

Détentrices de connaissances

traditionnelles

Collectivités

Détentrices de connaissances

traditionnelles

Collectivités

Détentrices de connaissances

traditionnelles

Collectivités

Détentrices de connaissances

traditionnelles

CONCLUSION

Les connaissances et pratiques traditionnelles des communautés locales ont joué et peuvent encore jouer un grand rôle dans la conservation et l’utilisation durable de la diversité biologique.

De ce fait, pour conforter les objectifs de la convention sur la diversité biologique, la compréhension et la prise en compte des différentes pratiques et perceptions des communautés locales s’avèrent indispensables.

Malheureusement, les pratiques et savoir traditionnels des communautés locales guinéennes sont mal connus ; d’où la nécessité de les inventorier, les analyser et les capitaliser au profit des générations présentes et futures.

Les résultats de la présente étude indiquent que les communautés sont effectivement dépositaires de savoir et de savoir faire traditionnels en matière de conservation et d’utilisation durable des écosystèmes et de leur biodiversité.

Ils ont également montré que les institutions chargées de la protection et de la valorisation de la diversité biologique ne sont pas suffisamment outillées pour inventorier, analyser, capitaliser et diffuser les informations liées au savoir et pratiques traditionnelles des communautés locales guinéennes.

La mise en place du mécanisme proposé dans ce document pour assurer la participation effective des communautés locales à la collecte des connaissances traditionnelles et leur implication dans les prises de décisions, permettrait de mieux valoriser les connaissances, pratiques et innovations traditionnelles en Guinée.