HTML Document Les cétacés en République de Guinée

Ceci est un article de Dr BAMY idrissa Lamine du Centre National des Sciences Halieutiques de Bousoura (CNSHB) sur les cétacés publier dans le journal semestriel du SNRAH (janvier-juin 2012). Depuis 2000 le CNSHB conduit un programme de recherche scientifique sur les cétacés, cet article présent certain résultats.

Release date 05/12/2012
Contributor saidou doumbouya
Geographical coverage Guinée,
Keywords Mammifère marin, cétacé, ZEEG, mysticètes, les odontocètes,

Introduction

Le Centre National des Sciences Halieutiques de Bousoura (CNSHB) depuis  2000 a mis en place un programme de recherche scientifique  sur les cétacés.  Les cétacés sont des mammifères marins comprenant 2 sous-ordres : les mysticètes et les odontocètes.

Les mysticètes sont les baleines à fanons ; leur taille varie de 5 mètres pour la baleine pygmée à 33 mètres pour la baleine bleue, le plus grand animal n’ayant jamais existé sur terre.

Les odontocètes sont les cétacés  à dents : qui comportent une dent pour le narval à plus de 250 dents pour certains dauphins. Leur taille varie de 1,50 mètre pour les marsouins communs à 18 mètres pour les grands  cachalots.

Dans le cadre de la  gestion durable des cétacés d’Afrique de l’Ouest, la Convention des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage(CMS) a organisé un atelier à Conakry à l’issue duquel des recommandations ont été formulées, notamment : la mise en œuvre d’un inventaire  des espèces, la collection, le traitement et la compilation des données.

Par la même occasion, une liste préliminaire de la faune  des cétacés rencontrés dans la Zone Economique Exclusive Guinéenne (ZEEG),  les informations sur les échouages, les prises accidentelles, les observations scientifiques et une revue littéraire ont été réalisées.

Ces données sont archivées au CNSHB.

Inventaire et état des cétacés de la Guinée

Plusieurs observations ont été effectuées dans les eaux guinéennes, à bord du bateau le Général Lansana Conté avec l’appui des chercheurs Japonais et leurs homologues africains  et parrainées par les chercheurs du CNSHB.

Douze espèces ont été inventoriées, ce sont : trois baleines à fanons Balaenoptera brydei, neuf espèces d’odontocètes Kogia breviceps, Tursiops truncatus, Sousa teuszii,  Globicephala macrorhynchus,StenellaattenuataStenellafrontalisDelphinusdelphis et Physetermacrocephalus

Tableau 1 Liste systématique des espèces de cétacées rencontrées dans les eaux guinéennes

Familles

Noms scientifiques

Noms en Français

Noms en Anglais

Balaenopteridae

Balaenoptera brydei

Rorqual de Bryde

Bry de’swhale

 

Balaenopteraacutorostrata

Petite rorqual

Minkewhale

 

Megapteranovaeangliae

Baleine à bosse

Humpbackwhale

Physeteridae

Physetermacrocephalus

Cachalot

Sperme whale

 

Kogia breviceps

Cachalot pygmée

Pygmy Sperm whale

Delphinidae

Tursiopstruncatus

Dauphin souffleur

Botlenose dolphin

 

Sousa teuszii

Dauphin à bosse

Atlantic hump-backed dolphin

 

Globicephala macrorhynchus

Globicéphale tropical

Short-finned pilot whale

 

Stenellaattenuata

Dauphin tacheté de pantropical

Pantropical spotted dolphin

 

Delphinusdelphis

Dauphin commun

Common dolphin

 

Stenellafrontalis

Dauphin tacheté de l’atlantique

Atlantic spotted dolphin

 

Stenobredanensis

Sténo

Rough-toothed dolphin

 

Prises accidentelles des cétacés dans les eaux guinéennes

Plusieurs prises accidentelles ont été enregistrées au cours de ces dernières années dans la zone exclusive guinéenne. Ces informations sont toutes archivées  au CNSHB.

Les chercheurs du CNSHB, ont réalisé une liste systématique qui présente une image inachevée de la diversité biologique des cétacés  de la Guinée. Mais les campagnes d’observations  permettront de mettre à jour, et à mieux étudier l’habitat et la distribution des cétacés pour chaque espèce de la Zone Economique Exclusive Guinéenne. Il convient de signaler que des captures accidentelles débarquées par la pêche artisanale sont consommées localement, pour le moment il n’existe aucun signe de captures substantielles, mais la surveillance côtière doit être renforcée. L’installation d’une base de données nationales de références est vivement souhaitée. Les populations de dauphin à bosse du petit rorqual et de la baleine à bosse étant des espèces vulnérables, méritent une protection particulière.